Garde d’enfants à domicile : les aides de la CAF

En 2010, la France était le pays européen qui comptait le plus fort taux de natalité avec 2,01 enfants par femme et plus de 828 000 naissances. Pourtant, les femmes sont de plus en plus nombreuses à travailler et à concilier vie professionnelle et enfants.

La garde d’enfants est devenue un véritable casse tête pour certains parents. Les places dans les crèches se font rares et les assistantes maternelles affichent toutes « complet ».

Que faire ? Travailler à mi temps ? Faire appel à une assistante maternelle à domicile ? Quelle solution est la plus avantageuse économiquement ? Voici un aperçu des aides et allocations versées par la Caisse d’Allocation Familiale.

Garde d’enfants, les dispositifs d’aide mis en place par la CAF

La CAF aide les jeunes parents, et ce, dès la naissance de leur enfant. Une prime de naissance, Prestation d’accueil du jeune enfant, (PAJE) est versée dès le septième mois de grossesse. Elle est calculée en fonction des ressources et des revenus des parents.

La Caisse d’Allocation Familiale offre également la possibilité aux parents de réduire leur activité professionnelle pour s’occuper de leur enfant, en versant une aide compensatrice. Le CLCA (Complément de libre choix d’activité.) La durée de cette aide est variable selon le nombre d’enfants à charge.

Les parents qui ont trois enfants ou plus, pourront bénéficier du Complément optionnel de libre choix d’activité, (Colca). Cette aide est versée pour une durée d’un an maximum.

Faire appel à une nounou ou une assistante maternelle à domicile

Les parents qui choisissent de faire appel à une nourrice à domicile, bénéficieront du Complément de libre choix du mode de garde de la PAJE. (Cmg)

Une partie des frais liés à l’embauche ou aux prestations de garde à domicile sera prise en charge par la CAF. Le montant de remboursement sera calculé en fonction des ressources des parents.

Sachez toutefois, qu’un minimum de 15 % des frais restera à la charge de la famille.
Cette aide peut être recalculée à la hausse dans le cadre d’une prestation de garde d’enfants spécifique comme la garde de nuit, le dimanche ou les jours fériés.

Pour bénéficier de cette allocation, votre enfant devra cependant être gardé plus de 16 h par mois.